Les Séries Françaises

Ca fait beaucoup de temps que je n’ai rien écrit en Français. Mon dernier blog date de décembre 2019. J’avais commencé à décrire mon voyage en Italie autour de Noël 2019 mais je n’étais pas du tout motivé de l’écrire en Français. C’est difficile parfois de persister dans les projets de la vie… Le confinement un mois plus tard m’a montré encore une fois que si on lâche tout, on trouve que c’est très difficile de recommencer à nouveau. Donc, j’ai découvert après le déconfinement que j’avais perdu la langue un peu. Heureusement, je suis toujours en bonne santé physique. Or, je suis triste pour les vies perdues pendant ces derniers mois. Petit à petit, j’essaye de rattraper la vie et reprendre le rythme, y compris ma production écrite en français.

Pendant plusieurs mois après l’arrivée de la pandémie, mon mari et moi, ne regardions que les séries de la télévision. On a découvert une série Turque: Dirilis Ertugrul. C’est si bien tournée qu’on n’arrivait pas à la quitter mais c’est un peu trop longue aussi. Donc, après son 5ème saison, on s’est finalement dit qu’il faut arrêter de gâcher notre temps si précieux…

Alors, on essaie de faire des autres choses aussi maintenant mais, en parallèle, on a découvert les séries françaises qu’on regarde du temps en temps. Je ne cache pas que certaines de ces séries m’ont beaucoup impressionné. Je pense que c’est peut-être un sujet intéressant pour revenir vers mon blog.

La première série française que j’ai découvert est Engrenages (Spiral – sous-titré en Anglais). Au début, elle nous intéressait tout simplement parce que c’est un policier. Il m’a pris un petit moment pour comprendre la système légale de la France donc, c’était un nouveauté. Puis, petit à petit, j’ai compris les détails et remarqué le talent des acteurs et j’étais “collée” (si on peut utiliser ce mot pour décrire mon état)… Les derniers deux ou trois saisons ont été vraiment bien tourné dans le sens qu’on sens d’être present dans la vie personnelle des personnages. En plus, la police française devient plus transparente et comprehensible.

Ensuite, on a commencé Baron Noir (Republican Gangsters – sous-titré en Anglais). Encore une fois, j’ai eu la difficulté à suivre la système politique française mais c’est une série très intense (et vite) et alors, même si on ne comprend pas tous, on continue de le regarder. Je n’ai jamais eu la sympathie pour “Mme la Présidente” dans ce drame politique mais l’actrice qui joue cette rôle (Anna Mouglalis) a réussi à répondre aux exigences de la personnage de ne me pas émouvoir. D’autre côté, la personnage de Baron Noir (joué par Kad Merad) m’a vraiment touché. L’acteur est croyable dans son rôle. Leur relation est compliquée, presque amoureuse mais pas purement. La fin de troisième saison nous laisse sans mot! Elle est si incroyable et triste qu’on est obligé d’y croire.

Maintenant, on regarde Dix Pour Cent / Appelez mon agent (Ten percent / Call My Agent – sous-titré en Anglais). C’est une comédie d’une agence des acteurs avec leurs vrais noms. Le scénario est très drôle et on rit beaucoup parfois. L’histoire devient plus complexe dans chaque épisode. Les personnages s’exposent et s’évoluent avec le passage du temps et on voit qu’elles sont tous humaines enfin.

On n’a pas encore fini cette série mais je peux dire avec certitude que notre prochaine sélection pour s’amuser devant la télé sera encore une série française car je viens de les préférer beaucoup plus que les séries américaines…

Déracinés

Il y a quelques mois, qu’une association des étudiants d’Université de Lyon II, Métisseurs de Mots, ont publié dans un groupe FB leur besoin des textes rédigés par les étrangers sur leurs expériences en France. Depuis, ils ont traduit toutes ces textes en Français et crée un recueil dans le forme d’un livre appelé “Déracinés”.

Hier soir, j’étais invitée pour assister dans la soirée de rencontre des contributeurs et des traducteurs. C’était une expérience unique elle-même car la vie expatriée est différente pour chacun mais les sentiments de solitude, de curiosité et surtout d’être illuminé sont toujours communes. La vie loin de nos origines est tellement enrichissante qu’il faut en parler beaucoup plus souvent que maintenant.

Ici, je partage l’extrait d’un poème écrit par une italienne, Magda Redaelli, et traduit en Français par Joséphine de Gabaï:

La nuit sans sommeil est le besoin pressant

de transmettre un message.

A qui? Et quelle langue parle mon confesseur?

Mais avant encore, que dire? Comment expliquer?

Comment expliquer l’étrangeté d’être une espèce introduite,

l’étrangeté dans l’occasionnel retour aux origines abandonnées?

Comment expliquer deux vies en une seule?

Une forme particulière de solitude s’insinue dans les os

et jamais plus le mot “maison” ne trouve de racines dans des fondations solides

et, dans les nuits blanches, resurgissent les doutes de l’âme inquiète.

Des souvenirs, des remords et la cicatrice d’une fracture géographique définissent notre propre existence.

Maléfique : Le pouvoir de faire du mal à nos capacités intellectuelles !

Le premier film de Maléfique était l’histoire d’une fée devenue méchante suite aux fautes humaines. Le deuxième est plutôt l’histoire d’un mariage d’amour dans une culture des mariages arrangés comme dans le sous-continent indien : deux personnes tombées amoureuses, les familles contre leur mariage, une « guerre » entre les familles,  le mariage à la fin où il reste toujours une mère qui n’est pas encore convaincue !

Sans révéler beaucoup de détails, ce que je peux dire sur ce film est qu’il y a parfois des questions sans réponses. On pouvait explorer plus précisément les liens entre les nouveaux personnages introduits dans ce film. Tous les personnages ont eu une histoire commune avant l’époque de la Princesse Aurore. Il y a des scènes où on essaie d’expliquer ces histoires mais pas trop en détails. Ce que je trouve très étrange est que Maléfique est la seule de son espèce dans sa Lande et elle ne s’est jamais posé des questions sur l’existence des autres comme elle !

Dès le début, on peut voire des folies de tout le monde :

  • Aurore qui est très facilement piégée
  • Philippe qui sait qu’il y a des personnes qui n’étaient pas contents de sa décision au début mais qui ont changé leur avis un peu trop vite
  • Le roi n’est pas tout simplement un politicien malin et il est déçu sans grand effort
  • Le médecin du roi qui ne demande jamais d’examiner son patient de plus près
  • Les fées qui ne sont pas capable de planifier leur stratégie ou de prévoir leurs contraintes

Néanmoins, les effets spéciaux sont superbes !  Le paysage vert et magique est l’image des rêves ! Un vrai paradis. Et on ne peut pas oublier la fascination du Disney avec l’architecture Alsacienne donc c’est un plus pour ceux qui aime la France. Moi, personnellement, j’ai eu une tête qui tournait un peu au début à cause de la vitesse du tournage de film mais la beauté m’étonnait quand même! Donc, attention si vous portez des lunettes fortes ! Ca ira mieux après les premières quelques minutes…

Les effets fantastiques sont très bien tournés ! La scène de la guerre dont je ne peux pas révéler des détails m’a donné le déjà vu de la guerre de la nuit avec les Marcheurs Blancs de « Le Trône de Fer » (Game of Thrones). La différence étant que cette guerre est en pleine journée et beaucoup plus colorée ! Il y a même un attentat suicide ! Maléfique n’est pas finalement si méchante car on voit qu’elle a une concurrente.

De l’autre côté, les acteurs, malgré leurs talents et compétences, sont sous-utilisées. En gros, la Princesse Aurore (Elle Fanning) est l’héroïne qu’elle fallait. Maléfique (Angelina Jolie) a 10 dialogues à peine ! C’est presque criminel d’avoir elle pour le rôle mais pas l’écouter parler! Pourtant, j’ai aimé leur maquillage…

Bref, si vous aimez les histoires fantastiques avec leur effets spéciaux sans vous posez des questions de logique, allez-y voir le Maléfique dans un cinéma. Sans doute, ce n’est pas un film que je regarderai sur un petit écran chez moi dans les années à venir.

Shushka

Nous accueillons un chaton depuis quelques jours ! Elle s’appelle Shushka et elle va rester avec nous pendant une semaine pour que sa famille puisse prendre ses vacances.

Ca faisait un petit moment qu’on a eu un chat chez nous. J’ai eu des chats de compagne au Pakistan quand j’étais plus jeune. Les maisons sont plus grandes qu’en Europe et les animaux ont beaucoup de place pour bouger même s’ils habitent dans un appartement. Mais on n’était pas permis d’avoir des animaux chez soi où j’habitais aux Emirats,  à cause de la climatisation centrale. Quand je me suis mariée et arrivée en France, j’ai découvert que mon mari n’a jamais eu des chats dans sa résidence (hors des chats qu’il avait nourri autour de sa maison au Pakistan). Aussi, il me semblait que les appartements ici sont très petits pour héberger un animal. Donc, on ne s’est même pas posé la question d’avoir un chat chez nous…

… Jusqu’au jour où nos voisins ont pris un chaton…

Donc, un matin estival, quand je me suis levée, j’ai vu un chat en train de manger sur notre canapé ! Nous deux étions également surpris et elle essayait de s’échapper dans le balcon mais sans succès et alors tous nos voisins entendait un chat miauler quelque part ! Heureusement, notre voisin était à l’autre côté du balcon et il nous a demandé de la relever et de la lui passer à la main. Depuis, le chat s’était mis en habitude de venir chez nous souvent à pied sur les balcons voisins. Ca continuait en hiver aussi et mon mari a commencé d’avoir des réactions allergiques en présence du chaton avec des fenêtres  fermées. Ce n’était pas grave parce qu’elle n’habitait pas chez nous 24/7 et aussi parce que nous avions déménagé le même hiver.

Il fait plus de deux ans qu’on habite dans cet appartement qui est beaucoup plus grande que la précédente.  J’ai découvert un nouveau groupe sur Facebook  « cat sitters » (anglophone), où une dame demandait si on pourrait héberger son chaton de 4 mois fin octobre. J’ai pris contact avec elle en me disant qu’on peut faire un « test » pour voir si nous pourrions avoir un chat chez nous en permanence…

Alors, entre Shushka dans notre vie !

Bonjour! Je m’appelle Shushka, nommé après une pâtisserie russe. J’ai 4 mois et je ne reste pas dans un endroit pour longtemps…

Elle est très énergétique ! Elle a besoin d’être toujours près de nous ! Elle nous suit partout ! Elle ne nous laisse pas travailler sur nos ordinateurs ! Elle veut qu’on joue avec elle si nous regardons la télé ! Et elle a montré un grand intérêt dans nos poissons !

Shushka est très intelligente aussi. Parfois je me demande si elle n’a pas un cerveau de chimpanzé dans sa tête. L’autre jour, elle voulait jouer avec mon visage donc mon mari lui a donné une boule de papier pour la distraire. Elle a vite déchiré ladite boule et attendait une deuxième. Pour la troisième boule, elle savait déjà d’où les boules venaient. Alors elle a décidé de chercher le journal elle-même et déchirer ses papiers sans attendre mon mari !

Bref, elle est rempli de la joie et vie et elle nous plaît beaucoup sauf quand elle nous mord. Nous avions un peu oublié comment c’était de vivre avec un chat. Ce qui est sûr est que nous allons vivre une grande aventure jusqu’au weekend prochain.

Un film émouvant

J’aime aller au cinéma. Quand j’habitais aux Emirats, j’y allais presque tous les weekends mais il n’y avait pas beaucoup du choix. Il y avait soit les films de Bollywood soit Hollywood et parfois Pakistanais. Depuis que je suis arrivée en France et appris la langue, j’ai découvert les cinémas des autres pays que j’apprécie beaucoup plus que Hollywood.

Cette semaine, on est allé voir le film « Fahim ». C’est une production française autour des personnages Bangladais et Français. D’après l’histoire vraie de Fahim Alam, plusieurs aspects de ce film m’ont touché.

C’est une histoire d’un enfant Bangladais qui aime jouer les échecs mais sa vie est en danger dans son pays. Donc, il vient en France avec son père sous l’impression qu’il va rencontrer un grand jouer d’échecs. Après des difficultés qu’un immigrant sans papiers rencontre souvent, il s’est admis dans un club d’échecs à Créteil où il participe dans le tournoi national. Malgré qu’il devienne le champion national d’échecs en France, son père n’est toujours pas permis de rester au pays et donc, il a encore du chemin à faire… Voici la bande-annonce:

Les acteurs ont fait un super travail ! Le tournage est superbe aussi. On voit comment tout le monde est impliqué dans son dossier sans qu’il ne rende pas compte. On voit aussi  comment le petit héro soutien son père sans très bien comprendre la situation. Et on comprend les problèmes et la vie difficile des immigrants sans papiers même s’ils ne sont pas le sujet principal du film. Un autre problème que peut être moi étant Pakistanaise (colonie anglaise où beaucoup des jeunes hommes veulent partir en étranger, pays pauvre – le deuxième partie du Bengladesh avant 1971 – où ses hommes se battent souvent pour qu’ils puissent partir) comprends mieux que les autres est de ne pas être capable d’avoir une vie normale dans le nouveau pays puisque on est immigrant. C’est ce qui est arrivé à Fahim quand il y avait la question de lui permettre de participer dans le championnat.  Aussi, quelque chose très importante dont on a discuté dans ce film comme un problème était d’un enfant d’être accueilli par une famille d’accueil si le père doit partir. Càd que puisque la vie d’enfant était en danger au Bangladesh, il pouvait rester et être scolarisé en France mais sa famille ne pouvait pas rester avec lui ! Ca je trouve super ennuyant si c’est toujours le cas pour toutes les familles demandeurs d’asile.

A la fin, j’étais inspiré par la ténacité de ce jeune adolescent et par conséquent, son père. J’étais aussi touché par la chaleur des relations qu’ils ont créées en France même s’ils ne parlaient pas très bien français. Le cœur humain est toujours lié avec les autres, il faut tout simplement ouvrir le cerveau… mais surtout, j’étais heureuse de voir Fahim trouver un grand succès malgré toutes ses épreuves. Bravo, Fahim Alam et l’équipe du film Fahim !

Lyon : le capitale gastronomique d’Europe. A-t-elle une ville concurrente?

Les goûts changent selon le continent et des ressources proposées par la terre. Pour moi, qui mange un peu épicé, un peu sans goût, un peu de n’importe quelle cuisine, il me semble que le monde est dépourvu des goûts pakistanais qui peuvent faire partis des rois et des reines des cuisines du monde!

La cuisine indienne / pakistanaise que j’ai mangé à Lyon (et en France) est plutôt “sucrée”. On dit que ce n’est pas le même en Angleterre car ils sont plus tolérants des épices que les Français… je n’ai aucun moyen de le vérifier. De toute façon, ce n’est pas la vrai cuisine du sous continent qu’on mange dans les restaurants en France.

Depuis que je suis à Karachi, j’ai remarqué qu’elle m’a manqué beaucoup. Surtout la nourriture! C’est une vraie concurrence entre Lyon et Karachi. Il y a bien sûr d’autres villes dans le sous continent dont on peut parler mais je dirais que Karachi est l’une des meilleurs car c’est un grand métropole avec un aspect international. Je vais donner des exemples des choses que j’ai essayé ici jusqu’au maintenant.

Sizzlerz grill restaurant – le steak, les crevettes, du riz chinois dans un propre restaurant avec une ambiance bien sympa… tous les plats sont pour moins de 10 euros mais je laisse ce sujet pour un autre blog post.

Burger Lab – c’est une chaîne américaine qui s’est installée au Pakistan il y a quelques années. Je l’ai essayé pour la première fois pendant le coupe mondiale du cricket. Ils m’ont offert un “deal” pour le coupe mondiale. Un burger de deux étages, une boisson et une pièce du poulet, tous pour autour de 5 euros! Et je ne pouvais pas le finir! Donc une partie de ce “deal” était mon petit déj pour lendemain 😉

McDonald’s – ils avaient aussi une offre du coupe mondiale . Généralement, je n’aime pas trop McD parce qu’il me semble toujours que la taille de leurs burgers est trop petite. J’avais oublié que je les ai moins aimé depuis mon arrivée en Europe. La première année que j’étais en France, on a voyagé en Italie. Le McD en Italie avait le burger végétarien donc mon mari a mangé ce burger. J’ai pris le burger du poisson mais puisque mon mari est allergique des fruits de mer et du poisson, et puisque on essaye de manger halal quand possible, on pouvait y aller en Italie car ils proposaient le burger végétarien. En France, ils ne sont pas végétariens… Et je trouve que, de toute façon, le burger “Fish” est un peu trop petit pour moi. J’avais oublié que les McDonalds dans le monde sont vraiment différents! Et qu’ils offrent parfois la possibilité de livraison aussi!!! Donc, quand je voulais commander leur offre World Cup, j’ai vu qu’il y a un burger qui s’appelle “chicken chapli kabab”. Chapli Kabab est une spécialité du province KPK / des Pashtoons et c’est normalement un gateau du beouf, pas du poulet. Donc j’ai commandé une petite “aventure” et je ne l’ai pas du tout regretté! 🙂 En fait, je peux peut être dire que c’est l’un des meilleurs burgers que j’ai mangé dans ma vie!

Biryani – le discussion de la nourriture n’est pas complet sans parler du biryani. On dit que les origines du biryani sont un peu iraniennes et un peu de partout dans le sous continent. Il y a plusieurs types de biryani aussi – Hyderabadi, Bombay, Sindhi etcetera. Plus récemment, à Karachi, on a introduit white biryani (biryani blanc) aussi au contraire le biryani traditionnelle jaune. On peut dire que biryani à Karachi de ces jours fait parti de la cuisine populaire / street food en plus d’être le classic pour les dîners formels. Donc, pas besoin de dire que c’était l’une des première choses que j’ai mangé ici.

Mandi / Madbi – On peut dire que les sœurs arabiennes du biryani s’appellent “mandi” et “madbi”. Ce sont des plats du riz avec poulet ou agneau entier soit grillé soit brouillé. Quand j’ai quitté le Pakistan en 2011, j’ai découvert ce plat aux Emirats Arabes Unis. Il n’y avait pas des restaurants de mandi / madbi au Pakistan à cette époque. Cette fois, mon neveu a beaucoup insisté que je dois essayer le mandi au Pakistan et j’avoue que c’était une bonne surprise!

On m’a indiqué qu’il y a beaucoup plus de la variété des cuisines à Karachi maintenant : japonaise, chinoise, occidentale, arabe… il me reste encore une bonne partie des endroits chics à essayer. Tout dépend du temps que j’aurais après mes responsabilités familiales.

A bientôt!

Du temps qui passe vite!

Où commencer? Ca fait un bon moment que j’ai écrit sur mon blog.

Peut être il faut commencer par mon père. Mon père qui est au Pakistan, qui a été hospitalisé en février 2019 pendant presque deux semaines. C’a bouleversé ma vie. Depuis, rien est normal. Il n’y a toujours pas la diagnostique certaine à la fin juin. Ma mère, qui est 5 ans plus jeune que mon père et qui aura 72 ans bientôt, est la seule personne qui a géré tout pendant cette période. Je suis venue au Pakistan en février pour l’épisode d’hospitalisation puis en juin pour y rester jusqu’au août.

Le temps entre ces visites s’est passé un peu trop vite! J’ai dû finir mon travail, décider de quoi faire avec ma vie après la fin de mon CDD, préparer pour le DELF et préparer aussi pour mon voyage au Pakistan, tout en essayant d’être en contrôle des situations de la santé de mon père et aussi ma mère qui est très fatiguée maintenant.

Quant au résultat de DELF niveau B2 – intermédiaire avancé, la semaine dernière j’avais reçu le mail avec le lien de la liste des candidats qui l’ont réussi. Mon nom n’était pas là. Pourtant, j’étais sûre que je le réussirais! Donc, j’ai demandé mes notes et une consultation de ma copie… Alors, ils ont répondu en disant qu’il y avait une erreur au moment d’enregistrement des résultats et j’avais, en effet, réussi l’examen! Enfin, une bonne nouvelle par rapport au mes études après tout ce temps que j’ai passé en France.

Pour des autres nouvelles de ma vie, j’essayerai écrire bientôt. Il me fera du bien. Je suis un peu stressée, un peu perdue mais surtout, je me sens toute seule dans ce grand monde…

All things fromage…

Dans ma langue maternelle Ourdou, on utilise le mot “cheez” (چیز pour ceux qui peuvent lire l’écriture perse – pas l’écriture arabe car le premier lettre n’existe pas en Arabe) pour parler d’une chose ou un objet. On dirait “Kya cheez kho gayi?” (Qu’est-ce qu’on a perdu?) ou “wahan koi cheez rakhi hai” (il y a quelque chose à la bas).

En anglais, on utilise le mot “cheese” avec exactement la même prononciation pour parler du fromage…

J’avais apporté du fromage blanc pour mon déjeuner aujourd’hui au bureau, mais je ne l’a pas mangé. Le suivant est la conversation avec mon mari ce soir quand je suis rentrée et je lui ai donné le sac de mes boîtes de déjeuner:

Lui: Khaali hai na? (Est-il vide?)

Moi: Nahi is mein meri ek cheez rakhi hai (Non, il y a un truc dedans)

Lui: Is mein tumhari cheez nahi fromage rakhi hai (Il n’y a pas ton truc, c’est du fromage)

Moi: Wohi wohi, angrezi ke saath khelo nahi us mein fromage rakhi hai (Oui oui, ne joues pas avec la langue anglaise, il y a du fromage dedans)

Lui: C’est ce que j’ai dit!

Moi: Nahi you were playing with words (Non, tu jouait avec des mots)

Lui: Arrêtes! Mein ne English wala cheese nahi Urdu wala cheez bola par us mein to tumhari paneer hai (Je n’ai pas dit le cheese d’anglais mais j’ai dit le cheez d’Ourdou mais il y a ton fromage dedans) – paneer: fromage en Ourdou

Moi: …

Bienvenue chez la famille trilingue que nous sommes en train de devenir 🙂

L’incroyable histoire du Facteur Cheval

Quand mes parents sont venus à Lyon en 2017, j’ai cherché des endroits touristiques autour de Lyon pour visiter. C’est le moment où on a découvert Le Palais Idéal du Facteur Cheval…

C’est un monument très intéressant à voir. Incroyable plutôt! Un homme qui a construit un petit palais des pierres avec son imagination. Il n’avait pas été formé dans l’architecture. Il marchait presque 33 kilomètres chaque jour… Et il a pris 33 ans à construire ce palais à la main! Il n’avait jamais vu une mosquée ou un temple hindou mais il les a construit quand-même, dans les images qu’il pensait propres pour ces endroits. Il n’avait vu un elephant que dans une carte postale mais il l’a sculpté dans son palais. Il y a des petits détails qui rendent la visite du palais un sens du fascination. On trouve des coquilles et des pierres colorées qui font la décoration de ce palais. On se rend compte que ce monsieur avait été exposé avec du monde entier même s’il n’a jamais eu l’occasion de quitter sa propre région.

La tour nous a pris presque deux heures puis nous étions assise sur un banc pour admirer le travail et la détermination d’un être-humain. Puis on s’est rentrée à Lyon et je ne me suis jamais posé des questions sur la motivation et la vie de la personne qui a crée ce monument historique… mais quelle naïveté!

Très récemment, un film qui s’appelle “L’incroyable histoire du Facteur Cheval” est sortie dans le cinéma français. Mon mari n’était pas trop intéressé mais j’ai réussi à lui amener avec moi pour le regarder. Ce film commence après la mort de sa première femme. Apparemment M Cheval était autistique mais je ne peux pas être sûre parce que ce n’est jamais explicitement dit ni dans le film ni d’ailleurs sur internet où j’ai cherché. N’importe, il n’était pas à l’aise à l’interaction sociale et surtout avec des enfants. Le film est très bien tourné et laisse les audience triste vers la fin car il nous semble que toutes les personnes importantes dans la vie de notre cher facteur sont mortes avant lui. Pourtant, il a réussi à achever son rêve quand même et il est devenu un peu connu dans le monde. J’ai quitté la salle un peu triste mais je me suis émerveillée également. Quelle motivation, quelle patience et quelle résolution! Mais j’étais un peu naïve encore… pas à cause d’une manque de la part de l’équipe du film mais surtout de mon niveau de la compréhension de la langue…

Donc finalement, ce weekend, j’ai pris le temps à apprendre en plus de détail sur la vie de fameux Facteur Ferdinand Cheval. Alors, j’ai découvert que:

Monsieur Cheval était un boulanger par formation.

Monsieur Cheval avait déjà perdu un enfant avant la mort de sa première femme. (On voit qu’il perd sa fille de sa deuxième marriage et après son fils de sa première marriage dans le film)

Plusieurs artistes, y compris Max Ernst, ont soutenu et rendu hommage à cet oeuvre d’art d’architecture “naïve” et qu’il est très connu dans le monde… Ce qui me fait questionner pourquoi les étrangers habitants à Lyon (et peut être les Lyonnais eux-même) ne le connaissent pas trop…

Je vous laisse avec quelques images du palais idéal que j’ai pris lors de mon visite en 2017 en espérant que vous allez les aimer aussi que moi. A bientôt!

Temple Hindou – Mandir
La Maison Blanche – The White House
“Socrate” 🙂
“Le faible comme le fort sont égaux devant la mort” – très profond!

The Journey Begins

Merci de me joindre ici!

Salut!

Je suis la fille “desi” qui est devenue française… presque! Pourquoi presque? Parce que je suis toujours en train d’apprendre la langue française 🙂 Je parle Ourdou (ma langue maternelle) et je parle bien anglais aussi. Le monde est different selon la culture et surtout la langue, ce qui rendre la vie plus intéressante à mon avis.

J’habite à Lyon depuis un petit plus que trois ans et j’ai beaucoup des choses à raconter à ceux qui veulent m’accompagner dans l’aventure qui est ma vie… Alors, bienvenue ici, on commence!

Avant de commencer: vous pouvez me corriger si je fais des erreurs dans mon écriture. Je serai très reconnaissante 🙂

Good company in a journey makes the way seem shorter. — Izaak Walton